Le sens du dialogue

par Poulos

Dans une vraie amitié, la seule Parole devient libre. Martin Heidegger et Paul Celan n'ont pas eu le temps de connaître cela. Heidegger avait prévu de l'inviter dans les contrées Hölderliniennes de la haute vallée du Danube, la mort de Celan en a décidé autrement. Dès 1950, le dialogue entre les deux hommes se fait à travers les textes des œuvres. Celan lit profondément Heidegger, tandis que Heidegger s’intéresse au jeune poète peu reconnu encore. Déployé dès  Etre et Temps, le dialogue s'oriente dans le voisinage de la poésie et la pensée. Une parole parlante à partir de son existence, Celan écrira : « sous l’angle d’incidence de son existence ». (Le méridien).
Dépasser le Nihilisme du Goulag, Auschwitz et la Bombe atomique. A travers la langue seule, Martin Heidegger et Paul Celan cherchent pour l'être humain le site d'une possible Heimat. Créer  un débat où chacun s'explique par rapport à l'autre quant à l'essentiel. Un acheminement vers une véritable communauté européenne et dépasser la simple « zone de libre-échange ». Refonder  l'entente. Ceci est décisif pour amorcer un virage dans notre temps, une vraie révolution.

   
![Paul_Celan](/content/images/2014/Celan_sens_dialogue-2.jpg)
![Heidegger](/content/images/2014/heidegger_sens_dialogue-2.jpg)
Paul Celan (1920-1970)
Martin Heidegger (1889-1976)
 

Source : Hadrien France-Lanord, Paul Celan et Martin Heidegger. Le sens d’un dialogue, Paris, Fayard, 2004.