Zoom sur deux personnalités Caennaises : Roger Apéry et Edouard Zarifian

par Poulos

Hello ! J'ai envie aujourd'hui d'évoquer, ici sur le blog, deux personnalités Caennaises que l'on ne connait pas forcément bien mais qui ont eu un impact important pour l'université de Caen et ont contribué à son rayonnement scientifique et médical. J'ai donc pris le temps de rédiger deux très courts résumés présentant ces deux personnages.

Roger Apery (1916-1994)



Roger Apery était un mathématicien Français d'origine Grecque. Il fait ses études à l'ENS Paris où il se passionne pour la philosophie et les mathématiques. En 1939, il est mobilisé pour la guerre et c'est par la suite qu'Apery choisit de s'engager en politique en devenant notamment le président de la fédération radicale du Calvados en 1960. Brillant mathématicien, il a été l'assitant d'Elie Cartan à la Sorbonne en 1944 où il soutient sa thèse sur la géométrie algébrique en 1947. Nommé d'abord maître de conférence à l'Université de Rennes, il devient professeur de l'université de Caen en 1949. Apery est connu mondialement pour avoir démontré, à la suprise générale, l'irrationnalité de la valeur en 3 de la fonction Zéta de Riemann en 1978 à Caen. Ce nombre est, depuis lors, appelé la constante d'Apery.

Edouard Zarifian (1941-2007)



Edouard Zarifian était un Psychiatre titulaire de la Chaire de psychiatrie de l'Université de Caen à partir de 1984. Dans les années 80, la psychiatrie tend à être de plus en plus approchée de manière purement neurobiologique pour cause de l'explosion des neurosciences. E.Zarifian se distingue dans cette branche en allant à contre-courant et en effectuant une synthèse entre une approche très clinique et psychanalytique des modes thérapeutiques mais en tenant largement compte des aspects biochimiques des traitements sur les pathologies psychiatriques pour lesquels, d'ailleurs, il devient expert. Il est l'auteur de plus de 450 publications scientifiques, le rendant mondialement connu mais aussi auteur de documentaires ainsi que d'une dizaine d'ouvrages destinés à vulgariser la psychiatrie et la thérapeutique de ce domaine au grand publique. Citons, par exemple, "les jardiniers de la folie"(1988).
En 1996, il est chargé de mission par la direction générale de la santé par Simone Veil puis Philippe Douste-Blazy afin d'enqueter sur l'utilisation abusive de certains médicaments. Notamment, il démontre dans "Le prix du bien etre. Psychotropes et société" que l'utilisation abusive de certains traitements chimiques les rendaient inefficaces au regard des cures relationnelles par la parole. En ce sens Edouard Zarifian militait pour une psychiatrie centrée autour d'une compréhension humaniste des souffrance de l'âme.
Edouard Zarifian, professeur au CHU, remplissait une triple mission de soin, de recherche, et d'enseignement. Notamment, il a contribué au montage final du centre Cycéron où il a crée une unité INSERM. En 2005, il cesse ses activités de praticien et poursuit ses activités d'enseignement de psychiatrie de psychologie médicale à l'Université. Il décède en 2007 des suites d'une longue maladie.